R-I-P : Prince Buster (1938-2016)

Un autre Prince s’en va…

De ce côté ci de l’Atlantique et de la Manche, ce nom de dis pas grand chose à grand monde, mais il suffit de traverser le Channel pour que soudain les regards s’éclairent à la mention du pseudo de Cecil Bustamante Campbell qui nous a quitté jeudi. Madness lui doit son nom et son tube mondial, les Specials lui doivent quelques bons sons, et tous les types qui ont un jour porté des creepers two-tone, un pork pie hat et des ray-ban lui doivent une fière chandelle. Prince Buster inventa le ska dans les années soixante comme on invente un trésor ou une bactérie : il est tombé dessus en explorant le jazz et le R&B US et en les jouant avec la syncope particulière des Caraïbes. Avant le CD et le MP3, un single de Prince Buster coutait un bras (avec la rolex au poignet) chez les revendeurs d’imports—ses disques n’étaient absolument pas distribué en France. Mon vieux pote Ralph E., grand fan, avait 2 singles du bonhomme dans un petit autel aménagé dans sa chambrette, où brûlaient constamment quelques bâtonnets d’encens goût weed. Mais tout cela a bien changé désormais…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s