Anthologie subjective de la chanson francophone #3

Richard Desjardins, Les Yankees, 1988

Tous les dix ans, le Canada francophone nous envoie un missile qui touche en plein cœur. Dans les années 50 ce fut Félix Leclerc, dans les 60’s, Gilles Vigneault, dans les 70’s, Robert Charlebois. Et dans les 80’s, Richard Desjardins (après ça s’est gâté avec des boulets et des loups). Richard Qui ? C’est grâce à Francis qu’on l’a découvert, grâce lui soit éternellement rendue. Et une fois qu’on a soulevé la couverture, on a trouvé Les Yankees, chanson-fable-parabole comme plus personne n’osait en faire de ce côté-ci de l’Atlantique. Tellement c’est bien, même Garou n’arrive pas à pourrir le truc, c’est dire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s