Anthologie subjective de la musique américaine #7

The Drifters : Under The Boardwalk –  1964

Rien que l’intro : un coup de guiro, 6 notes de basse et un coup de triangle, et c’est la magie du R&B et de la soul originels qui apparaît à nos oreilles. Peu de moyens pour un effet maximum. La voix démarre accompagnée des guitares rythmique et lead et on y est : sur la plage, à l’ombre de la jetée de bois avec le soleil qui fait fondre le goudron sur les routes et les toits, assis sur une couverture avec sa petite amie, dans la vapeur des hot dogs et des frites. Sur le refrain, les violons attaquent en piqué et les castagnettes du pont remettent un coup de frais avant le final. 2’37’’ et c’est fini. Magistral

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s