A Touch of Sin : on fait pas tchin-tchin

Une chronique sociale qui évoque les angoisses et l’oppression qu’un pays fait peser sur son peuple.

 

Avec une certaine langueur propre au cinéma chinois, Jia Zhang-KeCi va très loin pour montrer les conséquences extrêmes de l’évolution d’une Chine contemporaine.

 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s