Pour saluer les cent ans du vieux lion #8

T’es rock, coco !, 1962

Comme la plupart de ses congénères chanteurs français du début des années 60, Léo est un brin méprisant, un poil condescendant face à l’arrivée du rock’n’roll. Il faut le comprendre, il a 46 ans et les yéyés, ça le fait marrer. Alors il dégaine l’orchestration la moins rock’n’roll possible et se lance dans une de ces diatribes dont il a le secret, enquille les images et balance en fin de chapitre un « t’es rock, coco » (jeu de mots) où l’on imagine sans mal la moue dédaigneuse du bonhomme coutumier du fait.

Une réflexion sur “Pour saluer les cent ans du vieux lion #8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s