Nobel Bob #2

On ne va pas se demander ici si Bob est légitime, s’il est l’héritier de Virgile, de Pete Seeger ou de Bobby Darin, chantons simplement la gloire du premier Nobel que tout le monde connaît et que personne n’a lu !

Don’t Think Twice, It’s All Right (The Freewheelin’ Bob Dylan, 1962)

Voilà le Bobby qu’on identifie ici, tout seul avec sa gratte, son harmonica et son southern drawl, sa liquette en denim et ses vielles pompes qui ont vu tant de routes. C’est un Bob Dylan qui mourra en 1965—il y a 50 ans, il serait temps qu’on rafraichisse l’écran Bob Dylan par chez nous. A ses topical songs prêchi-prêcha, on préfèrera ici ses chansons d’amour machistes (ou non). Celle-ci est un bon exemple de misogynie de l’amant qui largue sa fiancée (« Je dirai pas que tu n’a pas été gentille / Tu aurais pu faire mieux, mais ça ne fait rien / tu as juste gaspillé mon temps qui est précieux / mais n’y pense plus tout va bien »). Un vrai goujat. Mais on sent bien en fait que c’est lui qui vient de se faire larguer…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s