R-I-P : Les Frères Jacques

Les frères Jacques :

« Une page se referme sur l’un de nos plus grands quatuors vocaux de l’après-guerre », a regretté la ministre de la Culture Audrey Azoulay. Faut dire que c’est pas bien dur, ils étaient 2, les « grands quatuors vocaux »: Les 4 Barbus (les qui ? ) et les frères Jacques qui enluminèrent les répertoires de Gainsbourg, Brassens, Prévert ou Francis Blanche de leurs inénarrables mises en scènes avec leurs collants, leurs spencers et leurs galures. Ça y est, ils dorment tous, le glas a remplacé les mâtines. Une page de l’histoire de la chanson francophone qui se tourne (et non « se referme », on ouvre un livre, rarement une page ou bien avec une lame fort aiguisée et de bons yeux). C’est Fred Mella qui flippe…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s