Pour saluer les cent ans du vieux lion #10

La Marseillaise, 1967

Il faut en avoir sous la pédale pour, 10 ans avant Gainsbourg, et de manière plus radicale, récrire la Marseillaise et la comparer à une grue qui fait le tapin sur le vieux port, une fille à marins et à soldats, qui leur est fatalement fatale. Léo à 51 ans, il est installé, il peut se le permettre. Il est encore dans la chanson franco-française. Bientôt viendra 68, la pop, et le vieux lion se refera une crinière auprès des jeunes. Mais nous n’en sommes pas là, pas encore…

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s