Pour saluer les cent ans du vieux lion #10

La Marseillaise, 1967

Il faut en avoir sous la pédale pour, 10 ans avant Gainsbourg, et de manière plus radicale, récrire la Marseillaise et la comparer à une grue qui fait le tapin sur le vieux port, une fille à marins et à soldats, qui leur est fatalement fatale. Léo à 51 ans, il est installé, il peut se le permettre. Il est encore dans la chanson franco-française. Bientôt viendra 68, la pop, et le vieux lion se refera une crinière auprès des jeunes. Mais nous n’en sommes pas là, pas encore…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s