Anthologie subjective de la chanson francophone #11

Chagrin d’amour : Chacun fait (c’qui lui plaît) (1981)

On l’a souvent vanté comme le premier rap français, mais c’est un peu capillotracté. En fait, Gérard Presgurvic est un malin (et il le montrera à diverses reprises), et en adaptant le texte de Philippe Bourgoin à une rythmique funky (les guitares et les basses sont l’épitomé funky de l’époque), en faisant une sorte de Talk Over rythmé, il produit quelque chose qui est à la fois moderne et avant-gardiste (plus un proto-rap qu’un rap proprement dit) en même temps qu’un gros carton commercial. La chanson est accompagné d’un clip style court métrage assez en avance sur son temps lui aussi (en 1981, les clips sont plutôt des extraits d’émissions de variétés). Chagrin d’Amour, groupe monté pour l’occasion n’aura pas la chance de son titre phare, puisqu’ils feront quelques singles, deux petits albums et s’en iront au vent mauvais qui les emportera, de ci, de là, pareils à la feuille morte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s