Georges Face B. #2

On a pris un Best Of tout simple (ou peut-être était-il double?) de Georges B. et on ne parlera ici que des chansons qui n’y figurent pas, en trichant un peu, parfois, parce que, comme c’est nous qui faisons les règles, on peut les transgresser un peu.

Pauvre Martin, 1954

Dans ses notes de pochettes sur les rééditions des années 60 et 70 des albums de Tonton Georges, René Fallet écrivait « nous tenons Pauvre Martin pour la seule chanson révolutionnaire de l’après-guerre. C’est assez dire son importance ». C’est un peu extrême, mais c’est pas faux. Avec sa pompe minimaliste et ses échos de deuxième ligne, Pauvre Martin est un hymne aux masses laborieuses, un chant pour ceux qui habituellement n’en ont pas, une ode aux prolétaires de tous les pays !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s