Anthologie subjective de la musique américaine #14

Mink DeVille, Cadillac Walk (Cabretta, 1977)

« Quand la lune se lève, le soleil descend » ça c’est de l’intro. Mink De Ville (le groupe) arrive au moment de l’explosion punk, mais n’en fait pas vraiment partie. Willy De Ville (son chanteur) est comme ça, toujours sur la ligne blanche (il en mourra). A l’heure des excités en Tshirts déchirés qui hurlent des insanités sur 2 accords, Mink De Ville propose un rockab’ classieux en chemise à jabot et pompadour, un R&B hors d’âge aux riffs acérés. Tout comme il sera Mariachi dans les années 90 et vaudou au cours de la même décénnie. Tellement à la ramasse qu’il est dans l’avant-garde. La chanson est de Moon Martin, grand méconnu, songwriter pour songwriter qui dans les années 70-80 produisit un rockab’ teintés d’ électronique, minimaliste et du meilleur effet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s