Anthologie subjective de la chanson francophone #14

Facteurs chevaux, Les dames de pluie, 2016

Damned ! On croyait que Leonard Cohen était mort, en fait il était deux et sillonnait le marais poitevin en barque à pigouille ! Les harmonies se ressemblent, les arpèges rapides de la main droite font surgir le fantôme encore chaud du Canadien sépulcral. Les paroles rappellent les sœurs de la miséricorde et autres Dame de l’hiver. Mais nous ne sommes ni dans le plagiat ni dans l’hommage, juste dans le sillon d’une barque qui va son chemin avec deux trappeurs sortit tout droit du McCabe de Robert Altman. Et leurs ombres dansent sur le chemin des dames de pluie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s