Georges, Face B. #5

Les croquants (1956)

« Les croquants vont en ville à cheval sur leurs sous, acheter des pucelles aux saintes bonnes gens ». Il est clair que Georges n’aiment ni les croquants, ni les « saintes bonnes gens » ironiques qui leurs vendent leurs filles. On a fait de Brassens, avec les années, et un répertoire choisi (celui des Best Of justement) une sorte d’oncle jovial amateur de gros mots qui pousse volontiers la chansonnette en fin de repas dominical tandis que tout le monde digère le civet de la mamée. Mais Brassens, c’est aussi un artiste de la détestation. Dans sa France en noir et blanc, une France qui sent plus la province des années 20 et 30 que le Paris des années 50, Georges l’anticonformiste, l’anarchiste déteste le bourgeois qui écrase le pékin avec ce qu’on n’appelle pas encore son pouvoir d’achat, mais il n’a pas grande sympathie pour celui qui se laisse écraser non plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s