Anthologie subjective de la musique américaine #17

Dion & the BelmontsRunaround Sue (1961)

Le doo wop, c’est de la street music comme il y de la Street Food. Pas besoin d’instruments—même si au moment du passage en studio on en ajoute quelques-uns—la base c’est ce qu’on a sous la pogne : des claquements de doigts, de battements de mains, des voix. Il est donc pratiqué par les populations les plus pauvres, en l’occurrence dans les années 50-60 aux Etats-Unis, les Noirs et les immigrés italiens qui seront à égalité dans le développement de cette musique issue du R&B et dont l’essor se confond avec les balbutiements du ouakènouol naissant. Dion et ses Belmonts sont l’archétype de sa version ritale (Dion DiMucci est le chanteur). Runaround Sue, l’épitomé du genre, qui donna lieu à une adaptation française pas honteuse du tout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s