Alain(térieur de) Bashung #2

Bijou, bijou (1979)

« Bijou, Bijou, le temps, ça pourrit tout », grand blues désespéré, empli de « mégots écrasés n’importe où », Bijou, bijou est l’une des rares chansons de l’album Roulette Russe que Bashung reprendra sur scène jusque dans les années 2000. Faut dire que c’est un sacré titre, une grande « chanson pour pleurer dans sa bière ». On est une fois de plus au cœur de la lose, dans l’appart de son ex, il fera pas de bruit « juste un café et c’est tout », pas la peine qu’elle se réveille, comme sur la pochette de Roulette Russe. Après il partira pour on sait pas où. En fait, il accostera à Gaby, et l’histoire telle qu’on l’écrit commencera enfin pour Alain.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s