Gerorges, Face B #8

On a pris un Best Of tout simple (ou peut-être était-il double?) de Georges B. et on ne parlera ici que des chansons qui n’y figurent pas, en trichant un peu, parfois, parce que, comme c’est nous qui faisons les règles, on peut les transgresser un peu.

Celui qui a mal tourné (1957)

La hantise de George,s dans son jeune temps, quand il n’est pas encore le Tonton Georges aux blanches bacchantes, c’est l’angoisse de tomber dans la délinquance. Nombre de ses chansons nous le décrivent dans le troisième dessous, ou bien vivant, tel un frugal ermite, de trois fois rien, dans une cabane avec des chats. Les 4 Bacheliers relatera même le larcin qui lui valu l’opprobre sétoise.

Celle-ci va encore plus loin puisqu’après un passage à l’acte unique, il va direct en prison—il ne passe pas par la case départ, et ne touche pas 20000frs (puisque l’ami Pinay n’est pas encore passé par là)—sous le hourvari de la foule qui le voue aux gémonies et à la pendaison. Mais le plus fort dans tout ça, ce sont les deux vers de conclusion qui, moment rare, donnent à voir le misanthrope contrarié, le marginal réintégré, l’utopie d’une société où la réinsertion n’est pas qu’un mot. L’homme à la mauvaise réputation ne demande qu’à être contredit dans sa défiance vis à vis du genre humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s