Le petit taureau de retour #1

Le cinéma (1962)

Claude Nougaro a déjà 33 ans quand paraît son deuxième 25cm. A notre époque, personne ne miserait un kopeck sur un type de 33 ans, court au garrot, avec un accent où roulent les galets de la Garonne—je ne sais pas s’il y en a tant que ça, des galets, dans la Garonne (mais il doit bien y en avoir quelques uns qui trainent quelque part) mais j’aime bien le son de l’expression. Jusque-là, il a réussi à fourguer ses textes à droite, à gauche, à Philippe Clay ou Marcel Amont, et surtout à une formidable scie de Jean Constantin. Mais ça ne met pas beaucoup de beurre dans les épinards qu’il n’y pas. Alors il se lance et tout Nougaro est là, déjà, en 1962 : ruptures jazzy, texte au cordeau, références appuyées, souffle épique et intérêt marqué pour la gent féminine. Michel Legrand est à la compo, l’orgue ronfle puis part en variations afro-cubaines. Jazz, musiques du monde et textes impeccable. Tout Nougaro on vous dit !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s