Anthologie subjective de la chanson francophone #17

Joe Dassin : L’équipe à Jojo (1970) / Le temps des œufs au plat (1968)

Avec l’équipe à Jojo (1970) et le temps des œufs au plats (1968), on a le diptyque de la mouise selon Saint Jo, la nostalgie d’une époque où « on partageait tout et on avait rien ». Bien sûr, avec notre mauvais esprit de millenial, on aura vite fait de dire que c’est plus facile de tout partager quand on a rien et que la réciproque* est vraie aussi…On notera aussi que les femmes brillent par leur absence (l’équipe à Jojo) ou sont victimes d’un machisme d’époque (« Nous attendrons l’heure de la vaisselle / Quand les femmes s’en vont de leur côté » quelle classe !) voire qu’elles brisent cet âge d’or exclusivement masculin (« On se doutait bien que le mariage / C’était le service militaire à vie » pas vraiment une vision fun de la vie à deux) sauf quand elles restent pas trop longtemps (« Quand on dormait en grelottant dans nos manteaux / Sauf quand une fille nous tenait chaud » et qu’elle partait au petit matin. En bref, le bon vieux temps c’était quand on avait pas un rond et pas de gonzesse. Bah fallait y rester !

Tout ça pour dire que j’adore Jo Dassin mais qu’après tout ça, je ne sais pas bien pourquoi*. Peut-être une sorte d’aisance pop franchouille, elle aussi vouée à une certaine nostalgie

*: je vous laisse réfléchir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s