Nino, c’était pas qu’un rigolo #3

Je vends des robes (1969)

Sous des dehors de chansons « classique » de Nino Ferrer, Je vends des robes est comme un point final aux sotties qui l’ont rendu célèbre. Nino craque. L’accumulation quasi surréaliste, c’est son truc, son style, sa patte, mais là, tout part en eau de boudin. Comme il le hurle à la fin « et ça fait trop longtemps qu’ça dure et y’en a mare, marre, marre, marre, marre ». Lui il aurait voulu vivre à la campagne, et il va bientôt partir…

Bien sûr la dimension tragique, l’aspect nervous breakdown n’a pas été saisi par tout le monde…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s