On sait jamais comment i’ s’appellent #13

Et en plus, un jour, i’ meurent

Harry Dean Stanton (1926-2017)

Surtout connu pour sa (magnifique) prestation dans Paris, Texas (Wim Wenders, 1984, Palme d’or à Cannes cette même année), HD Stanton a trimballé sa dégaine dégingandé dans une tripotée de chefs d’œuvres, du Luke La Main Froide (Stuart Rosenberg, 1967) à Une histoire vraie (David Lynch, 1999)en passant par Pat Garrett & Billy le Kid (Sam Peckinpah, 1973) et Le Parrain II (Francis Ford Coppola, 1974, Oscar du Meilleur Film, 1975) mais aussi dans pas mal de nanars, ainsi que dans de nombreux films cultes (New York 1997 (John Carpenter, 1981) ; Macadam à 2 voies (Monte Hellman, 1971) ; Missouri Breaks (Arthur Penn, 1976), j’en passe et des meilleurs). Il est aussi le grand loser Johnny Farragut dans Sailor & Lula (David Lynch, 1990, Palme d’or à Cannes cette même année) et un membre de l’équipage du Nostromo dans Alien, le 8e passager (Ridley Scott, 1979). C’était aussi un fameux chanteur, dans le genre country & western,  pas le dernier pour la déconne et il avait une certaine propension à ne pas spécialement boire de l’eau minérale. Il sera sévèrement regretté par tous ceux qui aiment les seconds couteaux et le bourbon sec. R-I-P !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s