On sait jamais jamais comment i’s’appellent #15

et en plus, un jour, i’meurent

Yves Afonso (1944-2018)

Sa disparition, le 21 janvier dernier, n’a pas fait les gros titres. Yves Afonso, spécialiste des troisième rôle, des imitations de Bébel (il aurait été sa doublure lumière dans les années septante), des bas du front à qui la vie à donner trop de crochets du droits, a eu au moins les honneurs d’un rôle costaud d’un chef d’oeuvre (trop) méconnu du cinéma français, l’immense Maine Océan, de Jacques Rozier (1986), où ses partenaires étaient les sous-estimés Bernard Ménez et Luis Rego. Film en roue libre–comme souvent avec Rozier–où le sieur Afonso pouvait donner libre cours à sa fantaisie. Sa carrière va de 1965 à 2018 (il est à l’affiche de Sparring, de Samuel Jouy, qui sort le 31 janvier!), de Godard à Pascal Thomas en passant par Stévenin ou Boisset…R-I-P

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s