Le petit taureau de retour #6

Paris Mai (1968)

Prenez ça comme un entraînement, parce que d’ici trois mois, vous allez en bouffer du pavé qui vole sur fond d’orgue d’Eddy Louiss… Le petit taureau a eu le nez creux : avec son épopée digne des sagas vikings, il raconte la légende de 68 tel un barde électrique : personne, pas même le vieux Lion, ne lui arrive à la cheville quand il s’agit d’évoquer les évènements de mai. A la fois précis et barré, personnel et universaliste, Paris Mai est un ovni au pays de la chansonnette : 6 minutes perchées sur les barricades.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s