Nino, c’était pas qu’un rigolo #5

La maison près de la fontaine (in Métronomie, 1971)

C’est clair, Nino ne veut plus pondre des sotties du type Mirza et autres Téléfon au kilomètre. Nino veut faire les disques qu’il entend dans sa tête. Après un long exil italien, il revient aux affaires avec Metronomie, concept album enregistré avec la crème des musiciens de studio (Slim Pezin à la guitare, le fidèle Bernard Estardy à l’orgue), qui s’ouvre sur un brûlot prog-rock à la basse ronflante, enchainé sur une chorale pour les Enfants de la Patrie, qui se fond lui-même avec la deuxième partie de l’instrumental Métronomie… Sur la face B le funky Cannabis débouche sur le jazzy La maison près de la fontaine qui sera le tube d’un album qui floppera inéxorablement. Antienne nostalgique plutôt que diatribe anti-progrès, avec final résigné, La maison près de la fontaine révèle un Nino hippie désespéré par la société de consommation, et qui a su gardé ses émerveillements d’enfant. Son succès semble indiquer qu’un autre Nino est possible…c’est pas gagné…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s