Anthologie subjective de la musique américaine #27

Calexico MinasDe Cobre (in The Black Light, 1998)

Le 30 novembre dernier est sorti une version collector de l’immense The Black Light, de Calexico, pour fêter les 20 ans de cette œuvre maîtresse, qui, sans en avoir l’air, remit les compteur à zéro de l’Americana—en la mariant à la musique mariachi, à la cumbia, à Ennio Morricone et au post rock,en y incorporant des grattes réverbérées comme au bon vieux temps de la surf music et en oubliant pas les plages de pedal steel—en abolissant la Frontera entre Etats Unis et Mexique. Joey Burns et John Convertino surferont sur ce chef d’œuvre quelques années le temps d’un moins abouti Hot Rail (2000) (qui contient néanmoins l’essentielle Ballad of Cable Hogue) et d’une autre tuerie passée encore plus inaperçue, Feast Of Wire (2003). Puis ils deviendront un groupe de pop rock comme les autres, mais ils nous auront aidé à finir des 90’s calamiteuses et à affronter  la terrible menace du bogue de landeumil avec des trompettes, des cabasa et des glockenspiel…Grâce leur en soit rendue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s