Adaptation #6 : l’enquête

Parce qu’il faut pas nous prendre pour des jambons non plus !

dans une version proto-punk !

Joe Dassin : Siffler sur la colline (1968)

On va pas se voiler la face : cette rubrique a été principalement créée pour se moquer des versions françaises de pépites anglophones (à de rares exceptions près). Mais là, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça. Pour moi il est évident depuis toujours que le Zaï Zaï Zaï Zaï ne peut qu’appartenir de plein droit à l’immense Joe Dassin, pour moi le seul à pouvoir lancer à la cantonade de telles onomatopées sans se couvrir d’un ridicule pourtant bien mérité (gloire à toi, Joseph Ira Dassin, Sainte Maritie te protège !).

Aussi quelle ne fut pas ma stupéfaction quand, par un beau matin pré-printanier, j’entendis annoncer sur ma TSF la version originale du titre :

The Tremeloes : Suddenly You Love Me (1967)

on y croit pas un instant!…

Seulement ces British ont beau faire, on sent bien que le Zaï Zaï Zaï Zaï n’est pas très naturel chez eux, qu’ils se poussent un peu du coude, un peu comme ces acteurs qui se croient plus intelligents que leur rôle et qui, du coup, le joue avec une certaine distance…Pour moi ça ne tient pas…et pour cause…la version ORIGINALE, la voilà, elle est transalpine, car nos cousins italiens ont le Zaï Zaï Zaï Zaï aisé, qui coule telle la fontaine d’un bourg d’altitude des Dolomites…il attaque même bille en tête sur un Zaï Zaï Zaï Zaï de compèt’

Riccardo Del Turco : Uno tranquillo (1967).

ah, bah voilà !

Et là, honêtement, on est raccord ! C’est pas parce que j’aime pas la pop anglaise, mais franchement, le Zaï Zaï Zaï Zaï briton, j’y croyais pas…on m’la fait pas à moi ! Il n’utilise même le Oh Oh uniquement sur l’ad lib, sûr qu’il est que son Zaï Zaï Zaï Zaï est un invincible Kamé hamé ha !

Joe : 5 / Tremeloes : 3 / Riccardo : 4

Une réflexion sur “Adaptation #6 : l’enquête

  1. Cher Webmaster, je ne partage pas votre aversion pour la pop britannique, peut-être même que je l’aime moi la pop britannique, mais cessons là un débat qui ne trouvera pas d’issue et revenons à ce qui motive mon commentaire. Comme vous je découvre (je dois vous reconnaître d’ailleurs quelques très belles découvertes) cette version transalpine et je suis obligé de reconnaitre- croyez bien que cela m’en coûte, mais je préférais ne pas monopoliser cette espace de commentaires par un texte trop bavard, ce qui, il faut l’admettre ne rendrait pas hommage à votre esprit de synthèse et surtout risquerait d’engorger un espace déjà largement abondé- que vous avez parfaitement…..raison

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s