L’été en tube (le retour) #4

Gérard Blanchard ? Avec un accordéon ? Et quoi encore ? un bob Apéritif Jaune et des charentaises ? Un ballon d’rouge et des rillettes ?

Rockamadour, Gérard Blanchard, 1982

Sauf qu’aux apparences, il ne faut pas se fier. Gérard, c’est le fils caché de Marcel Azzola (R-I-P) et de Johnny Rotten en bicolores. Quand on voit l’animal, qui se démène comme un diable avec son engin—qui pèse quand même bien plus qu’une guitare lambda, et est bien plus encombrant—qu’on entend son texte, le doute n’est plus permis : le bonhomme est frappé et son rock accordéonique , déchaîné.

Parlons accordéon d’ailleurs  : le garçon n’est pas un claviériste qui s’est dit qu’il allait faire genre avec un piano à bretelles: l’homme pratique la touche bouton, ce qui est le signe d’une réelle pratique du soufflet à punaises .

Alors c’est sûr, le vrai tube de l’été 1982, c’est Les corons. Mais quand on en avait assez de pas conclure en marchant sur les pieds de cavalières revêches au son des souvenirs minier du père Bachelet, qu’il était bon de se défouler et de jerker comme un possédé sur ce rock à Madour ! Une grenadine bien serrée par là-dessus et la soirée échappait de justesse au fiasco !

Merci Gérard, grâce à toi une partie de cette génération perdue des 80’s a compris que l’accordéon n’était pas fait que pour la rengaine à papa…et que le ouokènouol était l’exutoire idéal des frustrations adolescentes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s