L’été en tube (Le retour) #5

Intitulé un tube de l’été tout simplement En été, il fallait oser

In the Summertime, Mungo Jerry, 1970

Attention, tube planétaire, 30 millions d’exemplaires écoulés…même si sur la pochette du 45t., ils font un peu peur…

Mungo Jerry, c’est le nom du groupe, le chanteur aux dents du bonheur et aux rouflaquettes de compèt, c’est Ray Dorset (comme le comté où il vit désormais). C’est l’archétype de la merveille à un titre (one hit wonder), parce qu’on défie quiconque de nous en citer un autre (de titre… de Mungo Jerry…). In the Summertime, tube mondial, n°1 partout, c’est l’accident pop, le tube inattendu, inespéré, un titre fait de bric et de broc, un truc sur lequel tu parierais pas un kopeck…

 Le son flatulent qui ouvre le bal est dû à l’utilisation d’un jug, son de basse bien connu des jug bands (justement) des années 20-30 et des premiers pionniers discographiques, qui fut aussi caractéristique du son des 13th Floor Elevators dont nous parlions déjà ici ! Le reste des « percussions » est lui aussi fait à la bouche, ce qui donne ce son artisanal, qui n’est sans doute pas pour rien dans le succès du titre…

Piano bastringue à la mélodie simple et entêtante, banjo, petite guitare au fond du mix, voix doublée un vers sur deux (un coup sur le canal de droite, un coup sur les deux), un silence motorisée au milieu, va savoir pour quoi, bref, l’exemple même du truc improbable. Et pourtant à l’écoute, on a tout de suite la banane, l’espace inter dentaire qui s’agrandit au niveau des incisives, voire les rouflaquettes qui poussent. Le tube été-rnel !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s