Uma tu m’as

Merci à Arnold Charles Ernest Hintjens pour ce titre

(si j’avais aimé la pop anglaise, j’aurais pu titré Uma Gumma, mais, comme vous devez le savoir depuis un moment, c’est pas trop mon truc…)

Où es-tu Uma et ton corps disloqué par les cascades automobiles…au purgatoire des actrices quinquagénaires avant les rôles à venir de belles-mères acariâtres ou de daronnes micro-onde de films indé improbables et de comédies alimentaires…

Et pourtant, c’est en Vénus (première à éclairer la nuit…) Botticellienne que tu nous apparus au crépuscule des 80’s dans la merveilleuse pâtisserie qu’étaient Les Aventures du Baron de Münchausen (The Adventures of Baron Munchausen, Terry Gilliam, 1988)…enchaînant directement en incarnant la Cécile de Volanges des Liaisons dangereuses de (de Pierre Choderlos de Laclos et accessoirement de) Stephen Frears la même année.

Elle a ensuite été la June d’Henry Miller dans ce qui ne reste pas comme le meilleur film de son réalisateur (Henry & June, Philip Kaufman, 1990), la Marianne d’un Robin des Bois qui aurait dû y resté (dans les bois, et y creuser un petit trou pour s’y cacher) (Robin Hood, John Irvin, 1991). En plus il est sorti la même année qu’un autre Robin des bois, avec Kevin Costner (Robin Hood, Prince of Thieves, Kevin Reynolds, 1991), pas meilleur mais remportant un plus grand succès. Passons.

Plus engageant, elle est la Glory que se disputent Bob De Niro & Bill Murray dans une pépite culte qui mériterait la revoyure (Mad Dog & Glory, John McNaughton, 1993), avant d’exploser en brune danseuse et cocaïnomane dans Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994, Palme d’or)…

Ce furent alors de fastes années  durant lesquelles elle fut Poison Ivy, Emma Peel (et c’est pas facile d’être Emma Peel à la place d’Emma Peel), Fantine—le fait est que tous ces films ne sont pas des chefs d’œuvres et n’ont pas acquis avec les années le statut de culte, qu’au demeurant ils ne méritent pas, mais là n’est pas la question.

Surtout qu’elle participe aussi aux excellents Bienvenue à Gattaca (Gattaca, Andrew Nicol, 1997), La coupe d’or (The Golden Bowl, James Ivory, 2000) avant d’atteindre le zenith avec sa Tarantinade suivante, Kill Bill 1 & 2 où en Beatrice Kiddo elle défonçait tout ce qui bouge à coups de pieds, de poings, de sabre, de fusils, de flingues, bref de tout ce qui pouvait se trouver à une extrémité mobile de son corps de trentenaire affûtée.

Et puis plus rien.

Une panouille avec Travolta avec une scène de danse sans grande inspiration en clin d’oeil de borgne aux gloires passées (Be Cool, F. Gary Gray, 2005), une autre en super héroïne éconduite (Ma super ex (My Super Ex-Girlfriend) d’Ivan Reitman, pourtant un vétéran de la comédie qui marche—Ghostbusters, Jumeaux—avec un pitch valable, mais une panouille de plus) et son premier rôle de daronne dans le jamais vu Maman, mode d’emploi (Motherhood, Katherine Dieckmann, 2009). Elle n’a pas encore 40 ans et son emploi est désormais voué à l’élevage de progéniture.

Ainsi va la vie pour les femmes à Hollywood…

A titre de comparaison, Richard Gere attaqua sa quarantaine en séduisant Julia Roberts (23 ans à l’époque) dans Pretty Woman (Garry Marshall, 1990) et la termina en séduisant Julia Roberts (32 ans au moment des faits) dans Just Married (ou presque) (Runaway Bride, Garry Marshall, 1999, ce type n’a eu qu’une idée dans sa vie, faire un couple Gere / Roberts…). Dans aucun de ces films il n’était père de quelque descendance que ce soit, juste un homme séduisant—enfin, tous les goûts sont dans la nature (souvenons-nous qu’elle est en danger)…

Quant à Uma, elle apparaîtra cet automne dans Mon grand-père et moi (The War with Granpa, Tim Hill, elle y jouera la fille de Robert De Niro, elle est 2e au générique mais apparait 2s dans la bande-annonce…) autant dire que le retour en Ligue 1 risque de prendre un sacré bout de temps…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s