Little Girl Blue #1

Il faut bien le dire, on écoutait plus trop de blues depuis la mort de Jimi Hendrix, le type qui avait tué le truc en l’amenant à des hauteurs strato(caster)sphériques… qu’est-ce que tu veux faire après? hein, j’te l’demande…

Alors les suivant, les suivistes, les suiveurs suivirent… Ils ont rivalisé de dextérité et de célérité pour défourailler plus vite que leur ombre les 6 notes de la gamme dans des combinaisons complexes, mais finalement, ils n’en faisaient pas beaucoup, de l’ombre !

Sûr, ça et là, quelques types avec des guitares en bois nous faisaient un revival acoustique, en mode blues revival / american folk blues festival…sans trop caricaturer, on avait d’un coté les austères pour qui le blues c’était pas la grosse déconne…

et de l’autre, des types qui reproduisaient ce qui se faisait depuis ce bon vieux Robert

Quelques fantaisistes (pas assez, on avait oublié que le blues, c’était la musique du samedi soir…)

Mais bon soyons honnêtes, si le truc était pas totalement mort, il était pas bien vif non plus…

Alors les filles arrivèrent…elles allaient changer le game sans changer la gamme !

A suivre…

(pour être tout à fait honnête, et les Agafarots ont une sorte de code de conduite à ce niveau, même si pas mal de choses qui se trouvent un peu plus haut sur cette page correspondent tout à fait à l’idée qu’on peut se faire de la mauvaise foi (ne nous en cachons pas), dans les années 90, le label Fat Possum Records a sorti de l’oubli quelques vieux briscards qui avaient végété des décennies durant sur d’obscurs label régionaux, et là on touchait à la real stuff, la véritable nature de la musique bleue…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s