Alain de loin #4

L’excellente revue Schnock a eu a bonne idée de mettre Alain en une de son numéro de l’hiver 2020, ce qui nous a donné envoie de revoir Alain, même de loin…

« Çakya Muni le solitaire dit Sidarta Gautama le sage dit le Bouddah se saisit d’un morceau de craie rouge, traça un cercle et dit : – Quand les hommes, même s’ils s’ignorent, doivent se retrouver un jour, tout peut arriver à chacun d’entre eux, et ils peuvent suivre des chemins divergents ; au jour dit, inexorablement, ils seront réunis dans le cercle rouge. »*

Le cercle rouge (Jean-Pierre Melville, 1970)

Alain et Jean-Pierre, c’est plus qu’un partenariat ou une association, c’est presque la famille. Au début Jean-Pierre était plus Belmondo—Jean-Pierre est le « père » de la nouvelle vague et Jean-Paul, son symbole.

Mais le caractère de phacochère de Jean-Pierre a eu raison de leur collaboration—il se brouillera aussi avec Lino Ventura, ils ne se parleront que par assistant interposé pendant le tournage de L’armée des ombres(1969).

Mais avec Alain, c’est autre chose…Alain aime bien supprimer ses parties de dialogues, Jean-Pierre aime bien le silence : les 7 premières minutes du Cercle rouge et ATTENTION GROS DIVULGÂCHAGE la scène du braquage (25′ chrono tout de même) sont sans dialogues. C’est Le samouraï (1967) qui les réunit pour la première fois, ils ne se quitteront plus.

Si le hiératisme stylisé du Samouraï a peut-être un peu accusé le poids des années, Le cercle rouge arrive à être à la fois un classique et étonnement moderne. Alain y est un loup solitaire mais n’est pas encore la caricature de ce personnage qu’il deviendra dans les années 80, quand, devenu producteur et réalisateur, on perdra l’acteur au profit du personnage, toujours le même, répété de film en film—un écueil auquel Bébel,sa légendaire némésis, n’échappera pas non plus.

Après le chef d’œuvre—et le succès public—du Cercle rouge, Alain et Jean-Pierre se retrouveront pour Un flic (1972) (déjà) film malade et mal aimé, flop retentissant. Jean-Pierre décèdera quelques mois plus tard d’un accident cardio-vasculaire.

*=la citation, dite apocryphe, serait en fait due à Çakya Melville lui-même

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s