Bon vent, Gélis !

Depuis jeudi, on n’arrête ni le progrès ni les hommages obituaires concernant le vénérable Vangelis (Evángelos Odysséas Papathanassíou / Ευάγγελος Οδυσσέας Παπαθανασίου pour les hellénophones, 1943-2022). Alors bien sûr, nous ne les avons pas tous entendus, mais on en a quand même chopé pas mal, et si on nous parle encore et encore des Chariots de feu (Chariots of Fire, Hugh Hudson, 1981)

De Blade Runner (idem, Ridley Scott, 1982)

de 1492 : Christophe Collomb (1492: Conquest of Paradise, Ridley Scott, 1992)

Voire d’Alexandre (Alexander, Oliver Stone, 2004)

Bien peu, à notre connaissance, sont revenus sur ce qui, en ce qui nous concerne, nous a fait connaitre Vangelis, l’immense Rain & Tears (pompé sans vergogne sur l’insubmersible CanonKanon und Gigue für 3 Violinen mit Generalbaß–de Johann Pachelbel)des fabuleux Aphrodite’s Child (avec Demis à la basse et au chant)…(aller, on se la remet…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s