Le BO de l’été #5 : retour de bâton !

Après la 1ère année globale, retour à la panouille estivale de compèt’

Amityville : La maison du diable (The Amityville Horror, Stuart Rosenberg)

vs

Brigade mondaine : La Secte de Marrakech (Eddy Matalon)

Quelques leçons à tirer de ce grand retour de la panouille estivale en tête du Box Office :

1°) toujours se méfier des titres avec « : » rien de bon n’est jamais sorti d’un film avec un titre en 2 parties séparées par 2 points !

2°) Brigade mondaine : La Secte de Marrakech est le deuxième film de la série, après Brigade mondaine (Jacques Scandelari, également (mé)connu sous le nom de Marvin Merkins, qui sent bon le pseudo pour réaliser des films, hmmmm, pour adulte, dont le marché fleurissait il y a peu) sorti l’année précédente et avant Brigade mondaine : Vaudou aux Caraïbes (Philippe Monnier) qui sortira l’année suivante

3°) Brigade mondaine : La Secte de Marrakech est une telle panouille qu’on ne trouve même pas sa bande annonce sur le net. Il ne survit que grâce à la bande son de Cerrone.

attention, c’est vintage !

4°) Stuart Rosenberg a aussi réalisé d’excellent films, notamment le mythique Luke la main froide (Cool Hand Luke, 1967) avec un Paul Newman impérial en détenu à la tête dure…

…l’épatant La Toile d’araignée (The Drowning Pool, 1975) avec le même Paul Newman qui endosse le costard de Lew Harper aka Lew Archer, le privé des romans noirs de l’immense Ross Macdonald, qui trempe toujours dans le marigot ensoleillé de la Californie en véritable Philip Marlowe des années 50 à 70…

Et un film-dossier sur les prisons américaines, le vindicatif Brubaker (idem, 1980) avec Robert Redford et un tout jeune Morgan Freeman

5°) Les Brigade Mondaine sont tirés de la série de romans de gare (ce qui n’est guère péjoratif sous notre clavier et qui, qui plus est, est vrai) édités par Gérard de Villiers l’imputrescible créateur de SAS dont les Brigade mondaine reprennent le principe de la succession de scènes d’action et d’autres d’un érotisme machiste et, somme toute, assez expéditif (comme les scènes d’action finalement !)… Ils sont écrits sous le pseudonyme générique de Michel Brice sous lequel se dissimulent force plumitifs gérmanopratins…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s