Le freak e elegante

Freaks Out (Gabriele Mainetti, 2021)

Matilde, Cencio, Fulvio et Mario sont les quatre attractions du cirque Mezzapiotta (le cirque du Demi-Sou) dirigé par Israel. Matilde produit de l’électricité et quiconque la touche est electrisé (vraiment), Cencio contrôle les insectes, Fulvio, l’homme-bête, est couvert d’un système pileux extravagant et doté d’une force surhumaine. Quant à Mario, atteint de nanisme, son corps agit comme un aimant vis à vis des objets métalliques qu’il peut déplacer dans l’espace. Mais on est en 1943 et soudain c’est la guerre (la campagne d’Italie), le cirque est détruit, Israel disparait et un autre freak, Franz, allemand, polydactyle, pianiste virtuose, medium, nazi et bien cramé cherche à monter une armée de mutants pour la plus grande gloire du Führer !

Attention, OCNI (objet cinématographique non identifié) à la fois film de guerre et film de super héros, croisement improbable, mais réussi, entre Inglorious Basterds (Quentin Tarantino, 2009)

et les X-Men (franchise Marvel, 2000-2019)

filmé par le rejeton illégitime de Sergio Leone et Emir Kusturica—l’excellent Gabriele Mainetti dont on avait déjà aimé On l’appelle Jeeg Robot (Lo chiamavano Jeeg Robot, 2015) qui était déjà un film de super-héros à l’italienne.

Spécificité transalpine qu’on retrouve ici avec une caméra baroque qui ne s’interdit rien, tout comme le scénario. Un vrai plaisir de cinéma sans les lourdeurs calibrées des franchises US

Et, comme toujours, avec Gabriele Mainetti, une tendresse infinie pour les marginaux et les laissés pour compte !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s