Pour saluer les cent ans du vieux lion #dernière

La Solitude, 1971

Ca y est, Léo est pop, complètement pop, avec les Zoo derrière, le talk over, les imprécations. Crinière blanche au vent, Celtique au coin des lèvres, il se libère de tous les carcans : format de la chanson, label, orchestrations. Il est libre Léo.

Après  ce seront les années d’autonomie totale au cœur de la Toscane, il s’adonnera à l’imprimerie en amateur, et sera le seul juge de son testament phonographe. Allant parfois jusqu’à une auto-indulgence grandiloquente. Adaptant encore et toujours les poètes. Avant de s’éteindre un 14 juillet. Dernière blague de celui qui n’avait ni Dieu, ni Maître

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s