Anthologie subjective de la chanson francophone #20

Raoul de Godewarsvelde, Quand la mer monte, 1968

Ah Raoul…C’est à des types comme lui qu’on doit la mythologie des Rimbaud de comptoir. On en fait plus des comme, attachés à un terroir et néanmoins universels, qui font guincher le soufflet à punaises comme qui rigole. Mais qui rigolent pas tous les jours… Raoul nous a quittés trop tôt, et pourtant, il avait prévenu…

Raoul, tu manques…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s