R-I-P Dr John

l’été s’annonce fatal aux ex-déglingos désormais septuagénaires

Et au niveau déglingo, Dr John ne craignait personne!

Malcolm John « Mac » Rebennack, aka Dr. John (1941-2019)

Il ya peu, en finalisant l’obituaire de Leon Redbone, j’avais ajouté une vidéo au débotté où ce vieux Leon chantait le noël blanc de Frosty The Snowmanavec Dr John. Lui aurais-je porté la guigne ? Car ce matin, la radio m’a appris la mort du bon docteur, celui qui faisait de la bonne médecine vaudoue en direct de N’AwlinsMalcolm John « Mac » Rebennack, puissant guitariste de sessions neo-orleanais qu’un coup de feu priva de quelques phalanges et qui, au lieu de devenir un Django louisianais, se réorienta vers le piano, dont il fut l’un des sorciers, empruntant aussi bien la délicatesse du Duke que le funk de ce bon vieux Pr Longhair. A la fin des années 60, entre deux sessions avec les Stones, Aretha Franklin, Zappa et consorts, il se créa le personnage de Dr John, le voyageur nocturne (The Night Tripper), sapé comme les Injuns du carnaval de Nola et produisit une poignée d’albums de voodoo rock bien gluant, poisseux et funky qui, il faut bien le dire, alors disons-le, c’est la politique de la maison, n’ont jamais connu leur égal jusqu’à ce jour. L’immense Gris Gris est une pépite noire qu’on se refile entre initiés depuis 50 ans…eh ben je vous la donne aujourd’hui, ne m’remerciez pas, allez plutôt sacrifier un poulet en l’écoutant, en mémoire de ce bon vieux Mac !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s