Alain verse dans le classique !

Alain (térieur de ) Bashung, épisode bonus

Avec le temps (in Avec Léo, 2003)

Un temps, il semblerait qu’Alain ait eu le fantasme de constituer son petit Trésor de la chanson française, chanté par lui. Avec des fortunes diverses (Bruxelles de Dick Annegarn un brin larmoyante et qui surtout n’apporte pas grand-chose à l’originale quand ses fabuleux Amants d’un jour de Piaf, avec un phrasé digne des grands countrymen des Appalaches sur l’imparable « Moi J’essuie les verres au fond du café » possèdent un grand potentiel de travail des muscles érectiles sub-pileux). Avec Avec le temps et son espèce de bluegrass destroy, il opère un hold up sur le grand tube du vieux Lion. Alors que le morceau semble inséparable de son créateur et de sa diction, voire de ses écarts, Alain en rince l’immense mélancolie, le poids (des années perdues…) pour en faire un OSNI* post rock et post moderne, limite léger… du Bashung quoi !

*=Objet Sonore Non Identifié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s