Clint #7

Impitoyable (Unforgiven, Clint Eastwood,1992)

Dédié à Don (Siegel, qui, comme on l’a vu, lui a offert son tremplin étatsuniens) et à Sergio (Leone, qui l’a fait sortir du marasme de la série télé pour accéder au statut de star), Unforgiven est une énième déconstruction, totale cette fois, du mythe Eastwood. William Muny, son personnage, est un ancien outlaw devenu un vieillard cabochard et dévot, bien loin des Josey Wales et autres Pale Rider. Les premières scènes le montre se vautrant dans les déjections porcines dans l’enclos à cochons, tombant de cheval, incapable de dégommer une vache dans un couloir avec son vieux colt. Et pendant un bon quart du film, il est mis totalement hors course par une mauvaise fièvre. C’est la force de Clint : se mettre face à son public et lui signifier clairement : je suis vieux. Peu de cinéastes et encore moins d’acteurs ont eu le cran de faire ça ! 4 Oscars® en 1993 (dont meilleur film et meilleur réalisateur)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s